Blog

Engagement solidaire des entreprises

  |   Actualité

Une entreprise qui s’engage dans une cause solidaire ne le fait pas par obligation ni sans objectif. Elle le fait dans le but de montrer qu’elle porte des valeurs nobles et qu’elle souhaite mettre son énergie au service de projets ou de causes qui lui tiennent à cœur. Comment communiquer sur cet engagement sans en faire trop tout en atteignant ses objectifs ?

 

Impact positif

Si la cause est juste, la communication doit être équilibrée et adaptée. Il s’agit avant tout de parler des actions qui sont menées et du sens que l’entreprise y met. Nul besoin de mettre en avant l’organisation et ses objectifs économiques. Dire qu’on a choisi cette cause et qu’on la soutient suffit.

Contrairement au parrainage ou au sponsoring, le mécénat implique de donner sans forcément attendre des retombées. C’est le principe même de la générosité. Et c’est cela qui aura un impact positif sur l’image. La communication de l’entreprise sur son engagement contribuera directement à améliorer son image et à renforcer son identité. Et ce coup de projecteur donnera aussi de l’élan aux actions en elles-mêmes.

Lorsque la Société Générale décide de s’engager en faveur de l’insertion à travers 2 axes, le rugby et la culture, elle y consacre des moyens considérables. Un engagement qui bénéficie directement à deux associations (Emmaüs Défi, Orange Rouge). Lorsque la banque communique sur ces projets, elle en retire un bénéfice direct en termes d’images et de notoriété, mais la cause et les associations aussi.

Il s’agit en quelque sorte d’un cercle vertueux. Par contre, vouloir à tout prix braquer les projecteurs sur ses bonnes actions risque de nuire à l’image et à l’engagement lui-même. C’est une question de dosage…

 

Cohésion interne

Tant qu’à s’engager dans une cause, autant impliquer les collaborateurs ! En effet, 78% des salariés souhaiteraient s’impliquer aux côtés de leur entreprise, dans des actions d’intérêt général*… Cet engagement citoyen permettra de développer la cohésion du personnel derrière un projet commun.

C’est aussi une dynamique qui offre la possibilité d’engager un nouveau type de dialogue avec les salariés et de « décloisonner » les services. Que ce soit en mettant ses compétences au service de la cause, en participant en qualité de bénévole, en devenant parrain d’un projet, l’engagement solidaire permet aux collaborateurs de sortir de leur cadre de travail quotidien. L’impact en interne est donc très positif. L’engagement renforce aussi le sentiment d’appartenance et la fidélisation. Il jouera également sur l’image de l’entreprise perçue par les candidats, futurs salariés.

Gageons que la participation de Solvay à l’aventure Solar Impulse a participé à améliorer sa notoriété et contribué à faire connaître son engagement pour les énergies renouvelables en interne comme à l’externe. Autre tendance du moment : accorder des jours de bénévolat à ses salariés.

Dans cet esprit, Bouygues Immobilier a lancé Solid’R : une journée qui mobilise 1400 collaborateurs qui peuvent choisir une cause qui leur tient à cœur. Au même moment, dans 12 villes de France, les salariés ont apporté leur aide à 66 associations sur des thématiques d’insertion, de lutte contre la précarité…

Des chiffres qui impressionnent. On peut imaginer l’impact direct auprès des associations, sur le personnel qui partage un engagement fort sur une journée mais aussi en externe. Les clients, les partenaires, les fournisseurs de Bouygues immobilier sont, à coup sûr, admiratifs de l’engagement.

 

Choisir la cause

L’engagement solidaire peut donc être très positif pour l’entreprise et ses parties prenantes. Cet engagement doit porter du sens et entrer en cohérence avec la stratégie globale. Il doit également être synonyme de sincérité et de générosité.

Si vous souhaitez vous lancer, il est essentiel de choisir la bonne cause, celle pour laquelle vous avez envie de vous engager et qui se rapproche le plus de vos valeurs. Si vous souhaitez apporter des compétences et du savoir-faire, il est préférable d’opter pour une cause dans votre secteur, mais sans pour autant nuire à votre propre activité…

Il faut aussi déterminer le niveau et la nature de l’engagement. Autrement dit, quels moyens pouvez-vous accorder sans vous mettre en danger et quelle forme allez-vous choisir ? Vous pourrez ensuite mettre en place un véritable plan de communication afin de servir à la fois la cause et vos propres objectifs.

 

A vous de jouer !

 

Sources :

  • *Opinion Way 2011
  • Carenews.com
  • Admical.org
  • uniscite-solidarite-entreprises.fr